Le travail du sol constitue un préalable indispensable pour contribuer à une meilleure protection et un épanouissement des cultures. Donc à de meilleures récoltes, en quantité et en qualité. Mais, pour l’effectuer, l’agriculteur doit posséder certaines connaissances et surtout les bons outils. 

Le travail du sol est un préalable incontournable pour une bonne implantation et une meilleure protection des cultures contre les maladies et / ou les ravageurs. Il joue ainsi un rôle important en garantissant de meilleures récoltes en qualité et en quantité.

Dans ce contexte, l’agriculteur doit posséder les connaissances nécessaires et les bons outils afin d’obtenir des résultats optimaux. Des entreprises, à l’image du spécialiste aquitain Safe Planète, peuvent accompagner les exploitants dans ce travail du sol.

Plusieurs opérations culturales à maîtriser 

Pour travailler le sol, il est déconseillé de le labourer simplement. Il faut plutôt l’ameublir de façon superficielle afin de ne pas nuire aux macroorganismes et notamment aux vers de terre présents en surface et qui contribuent aussi à aérer le sol.

Ce travail du sol doit permettre aux racines de respirer et de se développer correctement, de faciliter la circulation de l’eau et des minéraux, et leur absorption par les plantes, ainsi que de favoriser le développement de la faune et de la flore utile du sol.

Cette phase combine généralement plusieurs opérations culturales, en fonction du type de culture et de son précédent cultural, de la nature et de l’état du sol et du climat.

On peut donc distinguer : les labours, les pseudo-labours et la jachère, qui se pratique avant labour (déchaumage), après labour (hersage, roulage) et pour l’entretien des cultures : binage, buttage, par exemple.

Une diversité d’outils pour le travail du sol 

Pour déployer ces techniques, l’agriculteur doit pouvoir choisir les bons outils, et les engins mécaniques. Parmi eux, les déchaumeuses conçus pour le déchaumage, mais aussi d’autres tâches comme casser la croute de battance et détruire les adventices.

Elles sont particulièrement intéressantes pour un passage au champ au printemps. Il y a également les niveleuses adaptées à une préparation de lit de semence. Elles peuvent servir à cacher les petits trous et les roches ou défaire les bosses.

En outre, l’exploitant peut recourir à des herses à disques pour faire un travail de sol léger ou pour incorporer les engrais verts, fumiers et résidus. Mais cet outil agricole doit être utilisé avec prudence pour le travail de printemps, notamment à cause des dommages potentiels sur un sol humide.

En plus, l’agriculteur peut porter son choix sur les vibroculteurs, les tasse-résidus, les rotoculteurs, les rotobutteuses ou les charrues (simple, à versoir, à disques, chisel).

Planète Safe pour accompagner les producteurs 

Pour effectuer un bon travail du sol, l’exploitant agricole peut se tourner vers Planète Safe, une société de formation, de conseil et d’expertise spécialisée dans la production végétale. Ses équipes proposent un accompagnement sur les différentes thématiques liées à leur exploitation et leur environnement socio-économique. 

Planète Safe aide également à mettre en place les bonnes pratiques agricoles dont une formation sur le travail du sol, tout en proposant des audits d’exploitation. Elle forme surtout les producteurs à l’utilisation des pulvérisateurs et à la taille des vignes : apprentissage des systèmes de taille ; entretien du système de taille existant ; modification du système de taille d’une parcelle, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.