Je vous propose de cultiver des rosiers sans avoir besoin d’avoir la main verte. Le rosier décore joliment le jardin.

Les critères de plantation à retenir

Les rosiers comprennent une grande variété. Il faut inclure le rosier grimpant, le rosier tige ou le rosier pleureur.

De plus, un rosier peut être mis en pot ou cultivé en racine nue. Il faut tenir compte d’une bonne exposition au soleil, à raison de 4 heures au quotidien.

Le sol demande une bonne terre. S’il s’agit d’un sol calcaire, il faut opter pour un rosier greffé sur du Rosa Canina afin de profiter d’une meilleure adaptation.

Les différents types de culture

A la base, il faut proscrire les périodes de gel ainsi que la saison pluvieuse. La culture dépend de la variété du rosier.

Pour le rosier à racines nues, la culture est propice entre fin octobre et début novembre et en avril. Le sol humide ainsi que les conditions climatiques autorisent une culture avant le froid rude de l’hiver.

Pour un rosier en conteneur, il est préférable de commencer la plantation au printemps. Le rosier n’aime guère les fortes chaleurs.

Pour le rosier en pot, il faut juste éviter le gel et les grandes chaleurs pour la plantation.

La meilleure manière de planter le rosier

Un rosier est similaire à un arbuste. Le rosier en pot demande un trou profond de 40 cm.

Le fait de mettre en place un amendement permet une séparation des racines. Il suffit de tremper la moitié avant de recourir avec un mélange mixte.

Ce dernier est composé avec du terreau de plantation et de la terre classique. Il faut terminer par un arrosage abondant.

S’il s’agit d’une plantation en automne, il convient de bien butter le rosier. Il suffit de former une butte de terre autour des plants en ayant pris de soin de ré-essuyer la terre après l’arrosage.

L’entretien et le traitement des rosiers

Après la plantation, l’arrosage est quotidien tôt le matin ou en début de soirée. Le fumier est nécessaire après la taille et la floraison.

Il faut ôter les fleurs fanées et les drageons en coupant au ras de la souche. Le rosier est sensible à différentes maladies.

Cela concerne la rouille, l’oïdium ou le marsonia. Certaines variétés sont plus résistantes face aux maladies.

Le traitement du rosier a lieu entre avril et mai. La période de végétation requiert une décoction de prêle tous les 15 jours.

Le traitement naturel nécessite du purin d’ortie, du lait, si le rosier est déjà infesté. Parfois, les feuilles sont atteintes. Dans ce cas, il faut laisser le rosier lutter naturellement. Retrouvez plus de conseils ici.

Crédit Photo : la-croix.com & carnets.georgesdelbard.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.