Originaire des îles Canaries, le Phoenix Canariensis est largement répandu sur la Côte d’Azur depuis 1864. Je vous propose plus de détails sur la meilleure manière de le cultiver.

A propos de la plante ornementale

En fait, le Phoenix Canariensis est un palmier qui peut aller jusqu’à 15 mètres de haut. Il fait partie de la famille des Arécacées.

Il est également connu sous l’appellation de Palmier des Canaries ou Faux dattier.

L’aspect du Phoenix Canariensis

Il présente une silhouette graphique avec un tronc robuste et vertical surmonté de palmes de frondes. Ces derniers sont arqués et disposées sous forme de couronne sphérique.

Les frondes peuvent aller jusqu’à 5 mètres de long. Elles sont supportées par des pétioles bordées d’épines.

Elles incluent des pinnules à la fois étroite et rigides qui forment un pli similaire à un V à la couleur vert vif. Le tronc ou stipe n’est pas ramifié et la couverture d’écailles est issue des anciens pétioles.

La floraison du palmier des Canaries

La floraison se produit durant la période estivale. Les frondes dévoilent des inflorescences.

Les éléments mâles sont courts et les éléments femelles sont à la fois longs et pendantes. Elles présentent des fleurs jaune crème.

Les fruits sont uniquement décoratifs et sont visibles sur les éléments femelles. Les fruits sont similaires à des glands jaune orangé et deviennent brunâtres quand ils sont mûrs.

Chaque fruit dissimile une graine allongée parcourue par un sillon, à l’instar des dattes.

Le mode de culture appropriée

Dans le sud de la France, le Phoenix canarensis est situé dans le jardin, ou seul sur une pelouse voire cultivé en alignement le long d’une allée. Dans le nord, la culture est préférable en pot à l’intérieur.

Le palmier apprécie le soleil et la mi-ombre. La sécheresse ne lui fait pas peur et il admet une température en dessous de – 7° C.

Il adore les terres fertiles et fraiches mais il pousse bien dans les sols acides ou alcalins. La plantation en pleine terre ou en pot est conseillée de mars à juin.

Les gestes à adopter

Il faut creuser un trou d’une dimension deux fois plus grande que la motte du plant du Phoenix canariensis. Un mélange est préparé avec 50 % de terre fraiche, 25 % de sable et 25 % de compost.

Il faut ajouter un engrais à libération lente. Il suffit de remplir le trou à raison d’un tiers avec le mélange précédent.

Il faut placer le palmier au centre du trou en veillant à le maintenir bien droit. Il faut combler la terre en tassant progressivement.

Il faut créer une cuvette de rétention d’eau avec la terre utilisée pour creuser le trou. Il faut terminer par un arrosage copieux.

Retrouvez plus de conseils ici.

Crédit Photo : idtools.org & boutique-vegetale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.